Comment passer du secteur marchand à l’ESS

Auteur : Sylvie Laidet
avril 2011

Votre job actuel vous barbe. Ras le bol des objectifs annuels. L’ambiance est à couteaux tirés. Vous vous laisseriez bien tenter par l’économie sociale et solidaire. Pourquoi pas, mais ne foncez pas les yeux fermés. Un candidat averti en vaut deux.

Les critères de sélection

Des pros, des pros, rien que des pros. Comme leurs homologues du secteur marchand, les employeurs de l’ESS (Économie sociale et solidaire) recherchent des candidats compétents dans leur métier. Il ne suffit pas d’avoir envie de donner du sens à son activité professionnelle, ni même de partager les valeurs de la structure visée pour y trouver une place en tant que salarié.

D’ailleurs, attention,  à ne pas trop insister sur votre engagement et votre militance lors de l’entretien de recrutement. Votre interlocuteur, lui-même salarié et pas bénévole, ne partagera peut-être pas les mêmes convictions que vous.

Travaille-t-on de la même façon dans l’ESS ?

Dans l’ESS seule la finalité de l’activité change, mais l’organisation de l’entreprise et les outils déployés restent les mêmes. Donc vous ne devriez pas être dépaysé par l’environnement de travail (logiciel, ERP…).

Un contrôle renforcé

Vous détestiez le reporting à outrance ? Eh bien pas de chance dans l’ESS, peut-être encore plus qu’ailleurs vous allez devoir rendre des comptes. Aux sociétaires, aux adhérents, aux souscripteurs, aux financeurs publics, privés… Dans les associations, la traçabilité de chaque euro collecté est primordiale. Amis du tableau, bienvenue dans l’ESS.

Une gestion des hommes

L’humain est en règle générale au cœur des structures l’ESS. Le management y est donc sans doute moins directif et moins autoritaire qu’ailleurs. De même, il faut parfois apprendre à gérer des bénévoles. Une population très investie mais aussi très exigeante et en quête de reconnaissance. Avoir du TACT est l’une des clés pour se faire une place dans cette économie sociale et solidaire.

C’est facile mais ça peut coûter cher

Evidemment, il y aura toujours des exceptions mais travailler dans l’ESS nécessite de consentir à des sacrifices en termes de rémunération. En moyenne, un cadre de l’ESS gagne 20% de moins que son homologue du privé lucratif. Donc oui, c’est facile de passer du lucratif à l’ESS, à condition d’en avoir les moyens. C'est-à-dire d’accepter de devoir vivre avec un budget inférieur, ou d’avoir un conjoint capable d’assumer ce différentiel. Mais c’est le prix à payer pour travailler autrement.


haut de page